Les bureaux du CABAMC seront fermés du 25 décembre au 1er janvier pour le temps des fêtes.

Veuillez noter que les bureaux du CABAMC seront fermés le lundi 20 mai pour la Journée nationale des patriotes

Séance de questions et de réponses avec le premier dirigeant et registraire du CABAMC : Juda Strawczynski

Que pouvez-vous nous dire à votre sujet?

Je suis avocat de profession, avec un intérêt particulier pour la réglementation professionnelle. Après mes débuts de carrière en cabinet privé, je suis devenu avocat spécialiste des questions de politique au Barreau du Haut-Canada (désormais le Barreau de l’Ontario). En 2019, j’ai rejoint l’équipe de direction de LawPRO en tant que directeur de PracticePRO, le programme de prévention des réclamations et de gestion des risques de l’entreprise.  

J’ai grandi à Ottawa et suivi mes études de premier cycle à Montréal. Je vis à présent à Toronto avec ma famille. Je suis un amateur de hockey, même si je ne suis décidément pas un joueur émérite. 

 

Pourquoi avez-vous souhaité devenir le premier dirigeant et registraire du CABAMC? 

Je suis passionné par la recherche de l’excellence en matière de réglementation professionnelle, de protection du public et de réglementation des services juridiques fondée sur l’intérêt public et j’y ai consacré ma carrière. Compte tenu de la fonction réglementaire importante que remplit le CABAMC auprès des professionnel(le)s de la propriété intellectuelle (PI) et du public, l’organisme doit faire face à de nombreux défis d’ordre politique et opérationnel. Comment s’assurer que les agent(e)s de PI reçoivent un excellent service de la part de leur organisme de réglementation? Quel est l’objet du cadre de compétences que nous élaborons pour les agent(e)s de PI? Les personnes formées professionnellement à l’étranger devraient-elles pouvoir obtenir le statut d’agent(e) de PI au Canada? Et dans quelle mesure la technologie pourrait-elle entraver les moyens traditionnels de prestation des services de PI? Ces questions et bien d’autres encore appellent des mesures réglementaires sophistiquées. Je suis très enthousiaste à l’idée de contribuer à l’évolution du CABAMC. 

 

Comment votre travail jusqu’à présent vous a-t-il préparé à diriger un nouvel organisme de réglementation comme le CABAMC?  

Je tiens en haute estime les objectifs et les principes réglementaires du CABAMC. J’ai de l’expérience dans l’application de principes de réglementation professionnelle dans divers domaines, y compris dans les politiques de délivrance de permis et de conduite professionnelle. Je suis impatient de continuer à développer les approches du CABAMC dans ces domaines.  

Je mettrai à contribution mon expérience de collaboration avec diverses parties prenantes et conseils d’administration pour diriger le CABAMC. Je suis heureux de pouvoir prendre part à l’évolution de la gouvernance du CABAMC. J’ai travaillé avec divers ordres professionnels de juristes canadiens et aussi la Fédération des ordres professionnels de juristes du Canada. Les questions liées à la coréglementation sont essentielles pour les titulaires de permis qui exercent également la profession d’avocat et j’ai hâte de les aborder avec mes collègues des ordres professionnels de juristes. Je suis par ailleurs impatient d’établir des liens avec les professionnel(le)s de la PI ainsi que le gouvernement et les parties prenantes pour avoir une meilleure compréhension de l’écosystème de protection de la PI au Canada. 

 

Quelle est votre vision pour le CABAMC en tant que premier dirigeant? 

Mon intérêt pour la réglementation et la prévention des risques inspirera la vision et la stratégie du CABAMC pour en faire un organisme de réglementation de premier ordre. Après des années passées dans la réglementation des services juridiques et la gestion des risques, je me propose de raviver les objectifs réglementaires modernes du CABAMC. 

Sous ma direction, notre excellente équipe sera encouragée non seulement à privilégier la collaboration et l’esprit d’équipe dans le cadre de la résolution de problèmes, mais aussi à adopter la culture de l’innovation.  

 

Un mot pour la fin? 

C’est pour moi un honneur d’être à la tête du CABAMC au moment où l’innovation et les droits de PI sont essentiels pour le Canada et ses perspectives économiques à long terme. Les agent(e)s de brevets et les agent(e)s de marques de commerce œuvrent pour la protection des idées créatives, des inventions et des processus de préservation de l’innovation. Le moment est propice pour s’engager dans la protection des intérêts du public dans le cadre de ce travail. 

Plus d'articles
CPATA cabamc Logo
Attention